Jean SADECKI : Les Moulins des Cévennes

Les Cévennes restent l’une des régions les plus cachées de France loin des touristes errants. Le parc national se trouve en partie en Lozère dans le sud de la France, le département le moins peuplé de France. Voici notre guide pour explorer cette région sauvage inexploitée.

Bref historique de Jean SADECKI
L’homme vit de la terre dans les Cévennes depuis environ 4 000 ans. Au Moyen Age, les systèmes d’irrigation et les terrasses ont commencé à être utilisés grâce à la culture des châtaigniers. Des vignes et des oliveraies ont été plantées et des chèvres et du bétail ont été élevés dans le paysage rude. Les mêmes techniques d’élevage ont été poursuivies jusqu’au XVIIIe siècle, lorsque le mûrier a remplacé le châtaignier et que l’élevage des vers à soie a commencé. Aujourd’hui, vous apercevrez encore des moulins à soie parsemés dans le paysage, revenant à cette époque prospère des Cévennes. La vie cévenole d’aujourd’hui est encore centrée sur les techniques simples qui, depuis des siècles, ont rendu service à la population locale.

Découvrir le PMS de JEAN SADECKI

Comment s’y rendre avec Jean SADECKI
Les Cévennes, heureusement, ne sont pas la région la plus facile d’accès en France – sinon, ce ne serait sûrement pas la nature sauvage qu’elle est. Le mieux est de prendre l’avion pour une ville du sud comme Nîmes, puis de louer une voiture. Au départ de Nîmes, le trajet dure moins de trois heures et vous pourrez également passer quelques jours à explorer la ville ancienne si vous le souhaitez. Une fois dans le parc national, les lodges rustiques, les chambres d’hôtes et les petits hôtels seront là où vous trouverez le plus de choix. Pour une base plus grande, séjournez dans les villes de Millau ou Alès. Florac et Sainte-Enimie sont aussi des villages populaires au cœur du parc.


Mont Lozère


Le Mont Lozère est le plus haut sommet des Cévennes et le point culminant du GR70. Pendant les mois d’été, cette partie des Cévennes est un paradis pour les randonneurs. En hiver, c’est à une altitude suffisante pour que la neige engloutisse son sommet et les skieurs de fond viennent s’élancer sur le manteau blanc d’endroits comme le Mas de la Barque et Bleymard-Mont-Lozère.


La Garde-Guérin


La Garde-Guérin est un village fortifié bien conservé dans le département de la Lozère dans les Cévennes, considéré comme l’un des plus beaux villages de France. Jean SADECKI nous raconte : « C’était autrefois le domaine des chevaliers de Parier, dont la mission était de protéger ceux qui circulaient sur la route de la Régordane« . Bon nombre des maisons ont été restaurées dans les années 1970 et la petite population augmente pendant les mois d’été, car un grand nombre de propriétés sont maintenant utilisées comme résidences secondaires. Cela dit, c’est l’un des meilleurs exemples de villages fortifiés du parc.


Gorges du Tarn


Dirigez-vous vers le sud-ouest du département de la Lozère et vous arriverez dans les spectaculaires Gorges du Tarn. Les falaises de calcaire s’élèvent jusqu’à 500 mètres, abritant de petits villages sur les rives de la rivière, des églises romanes et même quelques châteaux imposants. La D907 BIS est la route que vous voulez, qui vous emmène au sud du joli village de Quézac jusqu’au Rozier. Conseil de Jean SADECKI : Si vous partez à la découverte des Gorges du Tarn en voiture, la meilleure façon de s’y rendre est de le faire par voie d’eau. Le Tarn est une région idéale pour le kayak, avec de nombreuses entreprises qui proposent des excursions d’une journée en haute saison (Sainte-Enimie).


Plateau de l’Aubrac

L’Aubrac est un plateau volcanique couvrant trois départements (Lozère, Aveyron et Cantal). Il s’agit d’un espace ouvert d’une superficie glorieusement vaste avec des prairies ondulantes, de petits lacs et des rivières qui s’écoulent. Bref, c’est le paradis des randonneurs. En explorant ce plateau, vous apercevrez de nombreuses cabanes de montagne traditionnelles où les bergers locaux s’installent pour s’occuper de leurs troupeaux. Si vous êtes en visite à la fin mai ou en juin, vous avez de la chance. À la fin du printemps, le Festival de la Transhumance célèbre le déplacement des troupeaux de vaches vers les pâturages d’été supérieurs à l’Espérou pour les mois d’été. Les animaux sont ornés de cloches et de fleurs et l’événement est un vrai régal – c’est une fenêtre sur des traditions qui ont été les mêmes pendant des siècles.

Jean SADECKI et les moulins à eau du Sud ouest de la France

Une attraction touristique du sud-ouest de la France peut-être moins connue et visitée, mais non moins intéressante, est formée par la chaîne des moulins à eau et à vent disséminés dans toute la région.
Visiter les anciens moulins des régions du sud-ouest de la France peut être une idée de visite intéressante (surtout à vélo !).
Désormais inutilisés, les moulins décorent les collines et les rivières de la campagne française, témoignage de la vie telle qu’elle était au siècle dernier.
Pour Jean SADECKI De nombreux moulins sont restaurés dans leur forme d’origine et fonctionnent principalement à des fins éducatives historiques par des associations locales créées autour d’eux – généralement appelées « les amis du moulin ».

Les moulins font maintenant partie du patrimoine local.
Chaque année, deux manifestations sont consacrées aux moulins et à leurs métiers en mai et juin : la « Journée européenne des moulins » en mai et les « Journées du patrimoine et des moulins de la campagne française » en juin

Un peu d’histoire avec Jean SADECKI:
Historiquement, les moulins à eau ont été les premiers à être inventés. Ils sont apparus vers le IIIe siècle avant J.-C. en Grèce. La technologie de broyage à eau a été développée plus tard par les Romains qui ont construit de véritables complexes de moulins à eau, dont le plus grand est encore visible sur le territoire de la commune de Fontvieille, près de la ville d’Arles, dans le sud de la France, l’aqueduc de Barbegal. Le complexe a été qualifié de « plus grande concentration connue de puissance mécanique dans le monde antique ».


Les moulins à vent ont également été inventés par les Grecs, mais au 1er siècle après JC. Traditionnellement, ils étaient utilisés – tout comme les moulins à eau – pour le broyage des grains, mais au fil des siècles, leur utilisation s’est étendue au pompage de l’eau pour le drainage ou pour remonter les eaux souterraines à la surface.
Le premier moulin à vent de France répertorié par les archives est celui de Saint-Sauveur-le-Vicomte en Normandie. Elle date de 1180.
Au plus fort de leur époque, avant l’avènement de la révolution technologique, on estimait à 200 000 le nombre de moulins à vent en Europe, contre 500 000 moulins à eau.
Visite des moulins autour de Toulouse
Autour de Toulouse, on peut visiter au moins 4 moulins magnifiquement conservés.

Le moulin de Saint Orens (Quint Cayras) (à l’est de Toulouse).Jean SADECKI : L’attrait de ce moulin qui n’est plus en fonction est… l’enthousiasme de son propriétaire actuel qui non seulement habite la maison au-dessus de la rivière mais l’ouvre chaque dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h et partage avec les visiteurs sa connaissance exceptionnelle de l’histoire de la région. Le moulin de Quint Cayras date du début du XVIIe siècle.

Le moulin de Montbrun Lauragais date de 1680 et est classé Monument Historique. L’emplacement surélevé du moulin à vent offre un beau panorama sur le Lauragais environnant jusqu’à la Montagne Noire.
Le moulin est ouvert au public de mi-juillet à fin août tous les jeudis (16h30-19h) et dimanches (15h-19h) et certains dimanches de mai à septembre. Il est ouvert aux groupes toute l’année sur réservation. Il propose des démonstrations de fabrication de farine, des expositions, des livres, etc. Téléphone : 05 34 34 66 25 25 94

Moulin de Montbrun Lauragais
Le moulin de Nailloux Colaursud -Par Jean : avec ses 6 voiles et ses murs peints en rouge, il est le plus flamboyant de tous les anciens moulins. Il est ouvert le samedi et le dimanche de 11h à 13h et de 14h à 18h. Téléphone : 05 34 34 66 66 97 98 Nailloux


Le moulin de Saint Lys appelé aussi le moulin de « Bélard » du nom de son dernier meunier date de 1626. Il est merveilleusement restauré et recrée devant ses visiteurs le travail de la mouture du blé comme dans l’Antiquité.

Entrée libre : tous les dimanches de 15h à 18h de juin à septembre et de 14h30 à 17h30 d’octobre à mai. Site Web :

Autres moulins dans le département de la Haute-Garonne à Toulouse :

Moulin à vent du village de Saint Beat, au coeur des Pyrénées. Le moulin est entièrement rénové et présente également une collection d’ustensiles de cuisine du 19ème siècle. Pour les heures d’ouverture, contactez l’Office de Tourisme au : +33 (0)5 61 79 45 98
Moulin à vent du village de Brignemont – Le moulin construit en 1740 est classé monument historique. Pour plus d’informations, consultez son site web
Moulin de Montesquieu Volvestre construit en 1450. Pour plus d’informations, contactez M. MEDALE au : 05 61 90 40 16

Retrouver Jean SADECKI sur Geneanet: https://gw.geneanet.org/jlgardair?lang=en&pz=romain&nz=george&ocz=0&p=jean&n=sadecki